Depuis plusieurs jours, le peuple d’Iran est dans la rue pour dénoncer l’oppression et la corruption du régime islamiste des Mollahs.

Matrice du djihad global, la République islamique d’Iran n’a pas hésité depuis 40 ans à écraser les libertés et appauvrir les Iraniens pour financer une politique de déstabilisation régionale sur fond d’antagonismes chiites-sunnites, de soutien au terrorisme islamiste, de fragilisation des Etats voisins et de menace de destruction d’Israël.

Aucun tyran, aussi brutal soit-il, ne peut brider éternellement un aussi grand peuple, riche d’une histoire plusieurs fois millénaires, un peuple intelligent et fier.

Les Iraniens en ont assez d’être sacrifié sur l’autel du djihad global, de la haine d’Israël et de la corruption de ces élites soi-disant religieuses…

Les slogans parlent d’eux-mêmes : « mort au Guide ! », « Mort au Hezbollah ! », « Pas Gaza, pas le Liban, ma vie en Iran », « Mort à Rohani ! », « Pain ! Travail ! Liberté ! »…

Hier, le Président de la République s’est entretenu avec le dirigeant iranien et lui a fait part de sa « préoccupation » face aux violences qui émaillent les manifestations…

C’est un premier pas mais ce n’est pas suffisant.

La France, pays des droits de l’homme, ne peut rester neutre devant un peuple en quête de liberté et de justice !

Je citerai Elie Wiesel dans son discours de remise du prix Nobel de la Paix en 1986 : « Nous devons toujours prendre parti. La neutralité aide l’oppresseur, jamais la victime. Le silence encourage le persécuteur, jamais le persécuté. »

Il y a deux ans déjà, le 26 janvier 2016, à la veille de la visite officielle de l’Ayatollah Rohani à Paris, j’écrivais une tribune dans le HuffingtonPost.

Je mettais en garde le Président François Hollande contre le leurre d’une normalisation du régime djihadiste de Téhéran.

Je concluais ma lettre ouverte sur ces mots :

« […] quel message lance-t-on au peuple iranien ? Un grand peuple, qui ne saurait se résumer au régime agressif et rétrograde des Mollahs. La France a la responsabilité morale et historique de soutenir les forces démocratiques et progressistes en Iran : les héritiers la Révolution constitutionnelle iranienne, de Mossadegh, de Chapour Bakhtiar, l’Iran de la jeunesse qui a défié les ayatollahs après les élections truquées de 2009 ! N’abandonnons-pas cet Iran-là, écrasé, emprisonné, assassiné, humilié jour après jour par les Mollahs et leurs féroces séides ! »

Ces lignes restent plus actuelles que jamais.

Aujourd’hui, j’adresse à ce peuple en quête de liberté et de justice tout mon soutien et ma solidarité.

http://www.huffingtonpost.fr/…/hassan-rohani-visite-_b_9078…