Député des Français de Turquie, nous avons accueilli hier après-midi à l’Assemblée nationale avec le Groupe d’amitié France-Turquie 5 députés Turcs, ainsi que le nouvel Ambassadeur de Turquie en France, SEM İsmail Hakkı Musa.

J’ai rappelé l’amitié ancienne qui lie la France et la Turquie, pays où nous avons établi notre première mission diplomatique en 1536 sous l’ère de François Ier et Soliman le Magnifique.

La République turque est l’héritière d’une histoire prestigieuse et légataire d’une immense culture.

Toutefois, c’est avec appréhension, à l’instar de nombreux politiques européens, que je suis les développements en cours dans le pays depuis la tentative de coup d’État avorté du 15 juillet 2016.
Après cette tentative de l’armée de renverser le pouvoir, on peut comprendre que le gouvernement turc ait réagi et cherché à neutraliser la menace pour préserver les institutions.

Il demeure qu’en tant que représentant de nos compatriotes de Turquie et, plus généralement, comme ami du peuple truc j’ai exprimé avec sincérité mes craintes.

Les libertés publiques sont menacées. La presse est muselée. L’administration a été purgée L’armée est en coupe réglée.

La Turquie est évidemment un État souverain mais il ne faudrait pas que la répression et le durcissement du pourvoir turc éloigne durablement la Turquie de l’Europe et de ses valeurs humanistes de démocratie et d’État de droit.