J’ai pris la parole hier soir, au nom du groupe UDI, sur le projet de loi relatif à la sécurité publique.

Ce texte vise à renforcer la sécurité juridique des interventions des forces de l’ordre.

Les principales mesures sont :

– Un cadre juridique unifié pour l’usage des armes à feu applicable aux policiers, aux gendarmes, aux douaniers et militaires déployés dans le cadre de l’opération Sentinelle. Après sommations, les forces de l’ordre pourront ouvrir le feu dans des situations déterminées par la loi ;

– Possibilité offerte sous certaines conditions données aux gendarmes et policiers de s’identifier par un numéro d’immatriculation administrative et non par leur état civil (protection de l’anonymat) ;

– Renforcement des peines en cas d’outrage d’outrage aux personnes dépositaires de l’autorité publique ;

– Possibilité pour les agents de sécurité privée d’être armé quand ils protègent des personnalités exposées à des risques exceptionnels ou certains lieux privés.

Nous avons soutenu ce projet de loi.

Cependant, comme toujours, ce projet de loi arrive trop tard et manque d’ambition.

Hélas, dès qu’il s’agit de sécurité, le gouvernement socialiste est toujours dans la réaction, jamais dans l’anticipation…

A la fin de mon propos, je cite comme exemple le modèle israélien de lutte anti-terroriste, qui fait de plus en plus référence aujourd’hui dans le monde.

En Israël, une règle fondamentale : sauver des vies justifie l’emploi immédiat de la force armée pour neutraliser un assaillant.

J’ai ainsi rappelé que s’est ainsi que sur des centaines d’attaques terroristes, le temps de neutralisation des terroristes est en moyenne inférieur à une minute !

Ci-après le lien vers la vidéo de mon intervention.

https://youtu.be/m1Ahe4JszB4