Ces derniers mois Marine Le Pen s’évertue à adoucir son image et à se démarquer des frasques de son père.

Qualifiée au second tour, quelle est sa première décision ? Elle nomme président par intérim un certain Jean-François Jalkh, négationniste notoire et nostalgique du régime de Vichy.

Je le cite : «sur l’utilisation d’un gaz, par exemple, qu’on appelle le Zyklon B [sic], moi je considère que d’un point de vue technique, il est impossible […] je dis bien impossible de l’utiliser dans des […] exterminations de masse». (14 avril 2000)

Le jour-même, Marine Le Pen affirme que présidente, elle interdira l’abattage rituel.

Chassez le naturel, il revient au galop. ..

On a eu beau ravaler la façade, les fondations du parti restent les mêmes.

C’est pourquoi, par-delà nos divergences sur une diversité de sujets, j’appelle sans hésitation à voter pour Emmanuel Macron le 7 mai.

Comme l’a parfaitement résumé le philosophe Raymond Aron :
« Le choix en politique n’est pas entre le bien et le mal, mais entre le préférable et le détestable. »