Jeudi 1er octobre, un jeune couple, Eitan et Naama Henkin, étaient lâchement abbatus à bout portant devant leurs quatre enfants, traumatisés à vie.
Hier, notre compatriote Aaron Benitah, qui se rendait en famille pour prier au Kotel, était poignardé à mort, sa femme et l’un de ses enfants gravement blessés. Un rabbin de 41 ans qui tentait de secourir le Franco-Israélien a également succombé à ses blessures.

La responsabilité de cette recrudescence de violence barbare incombe totalement au Président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas! Elle n’est pas détachable des propos de haine et d’incitation à la violence qu’il profère inlassablement depuis des semaines, comme notamment le 30 septembre dernier à l’AG des Nations Unies. A cet égard, l’absence de condamnation de M.Abbas est éloquente. Sans oublier que l’ignoble assassinat du couple Henkin a été revendiqué par les Brigades des Martyrs d’Al Aqsa, bras armé du Fatah, le parti de Mahmoud Abbas…

Est-ce bien là l' »homme d’Etat » et l' »homme de paix » décoré de la Médaille du Grand Vermeille et vanté béatement par la Maire de Paris le 21 septembre dernier? Je mettais en garde Anne Hidalgo dans une lettre du 30 septembre, publiée vendredi sur cette page Facebook, et dénonçais, hélas de manière prémonitoire, l’irresponsabilité du leader palestinien et son utilisation systématique du double langage.

En août dernier, la mort d’un bébé palestinien brûlé vif dans un attentat avait, à juste titre, soulevé une vague d’indignation mondiale, et d’abord en Israël. Pourquoi aujourd’hui ce silence assourdissant de la communauté internationale, des bien-pensants et des médias? Pourquoi, une fois encore, cette indignation sélective? La communauté internationale doit condamner avec la plus grande fermeté cette dérive terroriste et mettre Mahmoud Abbas devant ses responsabilités, lui qui, selon un scénario bien rodé, inverse les rôles en accusant Israël de favoriser une escalade de la violence!

Meyerhabib