Le 16 décembre 2015, j’interrogeais aux questions au gouvernement le Premier ministre et demandais des sanctions systématiques contre l’ignoble campagne d’appel au boycott d’Israël BDS.

Manuel Valls m’avait répondu sans ambigüité : « je vous le dis de la manière la plus claire : le Gouvernement condamne toutes les campagnes de boycott à l’égard des produits israéliens. Ces campagnes n’ont aucun sens. »

Ci-après le lien vers la vidéo de ma question et la réponse de Manuel Valls.

https://www.youtube.com/watch?v=-uvrSR1JxeE

Depuis de nombreux militants BDS ont été poursuivis et punis, conformément à la loi.

Or, le 22 juin, le député PS « frondeur » Alexis Bachelay, le même qui à l’été 2014 avait participé à des manifestations illégales pro-Hamas où l’on a scandé « mort aux juifs », a déposé deux amendements, cosignés par une dizaine de députés socialistes, communistes et verts, au projet de loi « égalité et citoyenneté » dépénalisant l’appel au « boycott d’Israël.

Il y a quelques jours, j’ai alerté le président du groupe d’amitié France-Israël, le député PS Pascal Popelin, et j’ai écrit aux présidents des groupes LR, UDI et PS à l’Assemblée nationale ainsi qu’au Premier ministre pour mettre cet amendement en échec.

Au cours des derniers mois, plusieurs graves incidents diplomatiques ont troublé les relations franco-israéliennes : l’engagement à reconnaître un Etat de Palestine quelle que soit l’issue de la négociation, la résolution de l’UNESCO, le Registre des Français de l’étranger, qui faisait apparaître sur les passeports la mention «Israël / Territoires palestiniens» et j’en passe!

L’adoption de cet amendement porterait un coup fatal !

Par ailleurs, je me suis entretenu hier avec Jean-Marie Le Guen, Secrétaire d’Etat chargé des Relations avec Parlement, qui m’a assuré que cet amendement ne passerait pas.

Je ne suis donc pas inquiet outre mesure.

Cet exemple démontre toutefois qu’il faut rester constamment vigilant face à l’obsession anti-israélienne qui gangrène une partie de la Gauche.