Amendement fort à la loi de sécurité intérieure et de lutte contre le terrorisme : j’ai demandé que les terroristes soient automatiquement incinérés.

C’était un amendement difficile, avec des graves implications morales et religieuses.

J’y ai longuement réfléchi, en mon âme et conscience avant de le proposer.

Pourquoi ?

Car le djihadiste n’a pas peur de la mort. Il veut mourir en « martyr », pensant mériter le paradis éternel et ses 72 vierges.

L’islam – comme le judaïsme – prescrit des règles funéraires très strictes. En l’absence d’inhumation, le défunt ne peut prétendre au paradis.

Je crois que cette mesure aurait pu avoir un effet dissuasif.

Si elle permet ne serait-ce que d’éviter un attentat, sauver une seule vie, elle est justifiée.

Plusieurs députés de tous bords sont venus me témoigner leur soutien pour cet amendement en marge des débats.

Sans surprise, cet amendement a également été rejeté par le gouvernement et la majorité LREM.