Ci-joint copie de la lettre que j’ai adressée mardi 11 juillet à la Ministre de la Culture Françoise Nyssen pour protester contre la mise en scène de la pièce « Moi, la mort je l’aime comme vous aimez la vie » au Festival off d’Avignon, spectacle offrant un visage humain à Mohammed M., le terroriste de Toulouse et Montauban.

L’État ne saurait autoriser des projets prétendument culturels, qui vont à l’encontre de notre politique anti-terroriste et portent atteinte à la mémoire des victimes.

J’ai accompagné en 2012, dans une douleur indicible, les familles Sandler et Monsonégo, admirables de dignité et d’humanité, dans l’avion qui acheminait les dépouilles des victimes de l’attentat de l’Ecole Ozar HaTorah vers leur dernière demeure, en Israël.

Je sais combien elles souffrent de la glorification posthume dont jouit cet assassin, qui ne mérite aucune compassion.

C’est pourquoi j’ai demandé au Gouvernement de prendre les mesures nécessaires pour interdire tous les spectacles qui flirtent avec l’apologie du terrorisme.