A sa demande, je me suis longuement entretenu hier après-midi avec Monsieur William Attal, frère de la victime.

Il m’a d’abord parlé de façon très touchante de sa sœur Sarah, médecin de profession, une femme pieuse, brillante, juste et droite dont le décès est une immense perte pour la communauté juive, et particulièrement la communauté de la rue Pavée, où elle était directrice de crèche.

Très ému, Monsieur William Attal m’a ensuite livré de nombreux détails sur les circonstances de ce drame.

Je suis député français, pas enquêteur ni procureur et je fais confiance à la Justice. Toutefois, il ressort des propos de Monsieur Attal que le suspect, 27 ans d’origine africaine-musulmane, aux lourds antécédents judiciaires, aurait traité à maintes reprises Sarah Halimi et sa fille Elisheva de « sales juives » et qu’elles avaient tres peur de lui. Il semblerait que d’autres membres de la famille du suspect, en particulier l’une de ses sœurs, traitaient eux aussi régulièrement la victime et sa fille de « sales juives ».

L’enquête commence à peine et la famille de la victime, en shiva, n’a pas encore été auditionnée. Toutefois, ces éléments tendent hélas à corroborer ma conviction absolue et mes craintes initiales : l’antisémitisme n’est peut-être pas la cause de l’agression mais, a minima, le facteur déterminant du meurtre. De même que c’est la cupidité et les préjugés antisémites qui ont motivé l’enlèvement d’Ilan Halimi z »l mais la haine antisémite qui explique tortures et assassinat. Je continue donc de croire qu’il s’agit d’un crime antisémite. L’assassin aurait-il défenestré une dame d’origine malienne ou algérienne. J’en doute fort.

Précision : la victime n’a pas été poignardée contrairement à ce qu’affirment certaines fausses rumeurs. Elle a été réveillée en plein sommeil, violemment battue et défenestrée vivante.

J’ai échangé ensuite avec le Grand-Rabbin de France Haim Korsia, qui s’était entretenu un peu plus tôt,ainsi que les principaux responsables communautaires, avec le Procureur de la République Francois Molins. A ce stade, il ne valide ni n’exclut le caractère antisémite du meurtre.

Enfin, une question qui me taraude et à laquelle je n’ai pas de réponse : pourquoi ce silence médiatique autour de cette affaire, pourtant d’une extrême gravité? Je ne peux taire mon trouble.

A l’initiative du CRIF, une marche blanche en hommage à Lucie Sarah Halimi z »l partira demain 11h du métro Belleville et empruntera le terre-plein sur le boulevard. Je m’y joindrai, sans doute avec un peu de retard en raison d’une réunion demain matin du comité de soutien parlementaire de Francois Fillon.