Lors d’une audience accordée hier à des représentants du Congrès juif mondial, le Pape François a déclaré de la manière la plus claire possible : « Attaquer les Juifs ou Israël relève de l’antisémitisme. Il peut y avoir des désaccords politiques entre gouvernements et sur les questions politiques, mais l’État d’Israël a parfaitement le droit d’exister dans la sécurité et la prospérité ».

A l’heure où l’obsession antisioniste nourrit une campagne mondial de boycott, où les dirigeants palestiniens falsifient l’Histoire pour nier le droit à l’existence de l’État juif, où certains médias se livrent à une véritable entreprise de désinformation pour diaboliser Israël et où des Juifs sont attaqués et tués en Israël comme en France par haine antisioniste, je tiens, en tant que député des Français du Vatican et d’Israël, à saluer ces paroles fortes de lucidité et de sagesse. Espérons qu’elles trouveront l’écho qui leur revient auprès des décideurs politiques et des représentants de la société civile en France, en Europe et dans le monde !

Cette rencontre s’inscrivait en marge des célébrations du cinquantenaire de la Déclaration Nostrae Aetate, qui ont notamment mis un terme en 1965 à 19 siècles d’antisémitisme officiel de l’Église catholique. Dans ce texte de clôture du fameux Concile Vatican II, le Saint-Siège a reconnu les racines juives du christianisme et déploré, entre autre, « les haines, persécutions et manifestations d’antisémitisme qui ont été dirigées contre les Juifs. »

Ci-après quelques photos prises lors de la visite du Pape François à l’été 2014 en Israël.

Meyerhabib