Encore traumatisés par l’attentat de Trèbes, nous découvrons aujourd’hui avec effroi l’ignoble assassinat vendredi 23 mars de Mireille K., 85 ans, lacérée de coups de couteaux puis brûlée chez elle avenue Philippe Auguste à Paris 11e.

Je me suis longuement entretenu cet après-midi avec Daniel K., un des fils de Mireille K z »l, pour lui dire ma tristesse, ma consternation et exprimer ma sympathie. Je dois le rencontrer ce soir ou demain matin.

Évidemment dévasté par la douleur, je tiens à souligner sa très grande dignité.

Il m’a confié de nombreux détails, que je ne peux évidement divulguer à ce stade.

Même si je comprends la très grande émotion suscitée par cette affaire, par égard pour la famille, je demande de raison garder et de ne pas faire courir des fausses rumeurs, comme celles de viol colportées par la presse.

Elles ne font qu’ajouter à la confusion et à la souffrance de la famille.

Hélas, les victimes se succèdent mais le scénario semble se répéter.

Comme Sarah Halimi ; Mireille K connaissait le suspect, actuellement en garde à vue : un voisin musulman de 35 ans, délinquant sexuel, qu’elle connaissait depuis qu’il était enfant.

Comme pour Sarah Halimi – assassinée, triste coïncidence, à quelques centaines de mètres de là, rue des Vaucouleurs – les autorités, forcément très prudentes, semblent réticentes à reconnaître à ce stade le caractère antisémite. Pour la famille, très calme, c’est une quasi-certitude.

Avec Sarah, il aura fallu attendre près de dix mois « pour reconnaître l’évidence », comme l’a rappelé le Président de la République le 7 mars dernier au dîner annuel du CRIF. J’en avais acquis la conviction, deux jours après les faits après avoir parlé à son frère…

Et pour Mireille ?

L’enquête est en cours ; le Procureur de la République s’est rendu sur les lieux.

Je crains, hélas, qu’après Sarah Halimi, Mireille K. soit la nouvelle victime de cette haine du Juif qui sévit dans les « quartiers » sur fond d’islamisme, de détestation d’Israël mais aussi de la France.

On l’a vu encore vendredi dans l’Aude, on a commencé par tuer des Juifs, des militaires, des journalistes, des policiers, avant de s’attaquer à tous les Français sans distinction et partout sur le territoire.

Il ne s’agit pas de stigmatiser qui que ce soit, mais de décrire une triste réalité et combattre cet islamisme qui gangrène notre pays.

Comme pour Sarah Halimi, Député de la République et Français juif, je me tiendrai, avec le BNVCA de Sammy Ghozlan et d’autres organisations, aux côtés de la famille et me battrai pour que lumière soit faite et justice rendue.

Je vous tiens informés très vite.

ברוך דיין האמת