Hier matin, Israël a reconnu avoir détruit en 2007 un réacteur nucléaire en Syrie, qui devait être opérationnel trois mois plus tard.

5 septembre 2007 : 22h30, les avions de chasse décollent, 6 septembre, 0h45, le pilote prononce le mot de code « Arizona », la centrale est réduite en poussière. 2h30 les avions rentrent à la base. L’opération est un succès total.

Quand on voit la folie meurtrière de son régime, quand on voit qu’il n’a pas hésité à gazer des dizaines de milliers de civils, imaginez si Assad avait eu des armes atomiques ?

On ne peut que remercier Israël.

En juin 1981 déjà, l’aviation israélienne a anéanti, par une attaque restée dans les annales de l’histoire militaire, le réacteur Osirak en Iraq dans l’Opération « Opéra ».

Là encore, imaginez Saddam Hussein, qui a défié le monde entier en 1990, avec des armes nucléaires !

Ces attaques préemptives portent un nom : la doctrine Begin. Toute menace existentielle doit être détruite avant de se concrétiser.

La France, le monde libre devraient s’en inspirer.

Oui, tirons les enseignements de l’Histoire !

Celle du peuple juif nous apprend hélas que le pire est toujours possible et que les tyrans abuseront toujours de leur puissance de la manière la plus inhumaine.

Il faut les en empêcher.

Après la destruction d’Osirak, Begin a achevé son discours par ces mots :

« Il n’y aura pas de nouvel holocauste dans l’Histoire du peuple juif. Plus jamais. Plus jamais ! Dîtes-le à vos amis, dîtes-le à toute personne que vous rencontrez, nous défendrons notre peuple avec tous les moyens à notre disposition. Nous ne laisserons pas un ennemi, quel qu’il soit, développer des armes de destruction massive dirigées contre nous. »

Je suis très proche du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, nous avons échangé de longues heures sur ces sujets essentiels et je sais qu’il partage cette doctrine.

Ma conviction est que jamais il ne laissera l’Iran, Etat islamiste et matrice du djihad global, devenir une puissance nucléaire.

Ne l’oublions pas, l’enjeu n’est pas uniquement la sécurité d’Israël mais celle du monde libre dans son ensemble.