La décision d’étiqueter les produits israéliens fabriqués en Judée-Samarie est une faute morale qui ne fait pas honneur à l’Union européenne. Cette étoile jaune économique n’est pas sans rappeler les périodes les plus sombres de notre histoire : le génocide des Juifs d’Europe par les Nazis a commencé par des appels au boycott des « produits et commerces juifs »

Sur le fond, cette décision discriminatoire est surtout une ineptie économique : les premières victimes seront les 26 000 Palestiniens qui travaillent dans les zones industrielles établies en Judée-Samarie.

Elle est la preuve qu’Israël reste, hélas, le Juif des États : sur quelques 200 conflits territoriaux ou situations de territoires disputés à travers le monde, aucune ne fait l’objet d’une législation européenne spécifique, encore moins d’un boycott.

Enfin, n’est-il pas ironique que dans le même temps, dans l’espoir de quelques contrats commerciaux, on s’apprête à dérouler le tapis rouge au président de la République islamique d’Iran, cet Etat liberticide, belliqueux, qui a, par le passé, fomenté des attentats meurtriers en plein Paris et dont les dignitaires refusent de partager la table du Président de la République ?

En définitive, cette décision illustre la confusion morale et politique d’une Union européenne inexistante sur la scène mondiale et incapable d’enrayer le déclassement économique des peuples européens…

Meyerhabib