Lundi soir, j’ai pris le vol de El Al qui accompagnait les corps de ces quatre victimes mortes en héros, avec les familles, détruites et marquées à jamais. Quelle dignité, quelle noblesse d’âme, quelle peine ! Ce voyage était un déchirement. Quatre familles extraordinaires dont la vie s’est arrêtée du jour au lendemain, alors qu’elles effectuaient les choses les plus simples de la vie, les courses de Chabbat dans un magasin cacher, comme tout Juif le fait depuis la nuit des temps.
Je le rappelais à l’Assemblée, il y a quelques semaines de cela, lors de mon intervention sur le terrorisme : l’un des jours les plus horribles de ma vie, fut celui du vol qui rapatriait les corps des victimes de Toulouse à Jérusalem, vols où j’étais assis aux côtés de Eva Sandler et Yaakov Monsonego. Je craignais, et je l’ai dit à plusieurs reprises, qu’il y ait un Toulouse 2. J’aurais tellement aimé me tromper. Hélas, la réalité m’a donné raison : il y a eu un Toulouse 2 et un Toulouse 3.

Je suis rentré hier soir avec la Ministre Ségolène Royal, qui a eu un discours fort en Israël, plein de sincérité. Il est temps d’ouvrir les yeux !
Le Premier Ministre Manuel Valls, avec qui je suis resté en contact permanent ces derniers jours, a fait un discours extraordinaire, qui restera gravé dans l’histoire de l’Assemblée Nationale. Il est le seul, comme je le lui dis, à gauche, le seul, à comprendre que ces barbares agissent parce qu’ils ont la haine de l’Etat d’Israël et des Juifs. Il est le seul à gauche à dire que l’antisionisme est le nouvel antisémitisme. Il est le seul à comprendre que la diabolisation permanente de l’Etat d’Israël a un effet direct et indirect sur ces attentats. Coulibaly a rappelé qu’il voulait aussi venger les Palestiniens.

Le lendemain du massacre de Charlie Hebdo, j’avais été attaqué verbalement par certains députés de gauche, dont Elisabeth Guigou, pour avoir dit que le vote à l’Assemblée Nationale pour la Palestine, dans ces conditions, alors que le gouvernement palestinien était allié à un groupe djihadiste, le Hamas, était à mon sens une erreur, qu’il mettait de l’huile sur le feu et qu’il risquait d’importer le conflit en France. Je persiste et je signe, pour lutter contre le nouveau terrorisme qui est l’islamisme ou le djihadisme. Il faut comprendre qu’il se nourrit de la haine du Juif et de la haine d’Israël.
J’espère ne plus jamais revivre un tel cauchemar.
En tant que vice-président de la commission d’enquête sur la surveillance des filières et des individus djihadistes, au nom du groupe UDI, je ferai des propositions concrètes.

Après le recueillement et les discours responsables des chefs d’État, la France va devoir ouvrir les yeux et agir. Les menaces de violences se sont transformées en actes terroristes chez nous en France, pays des droits de l’Homme et de la liberté d’expression, au cœur de l’Europe. On a massacré des journalistes !
Après les paroles, nous devons passer aux actes.

Profitons de ce moment d’unité nationale pour avoir un débat digne, dépassant les clivages, comme l’a remarquablement fait le Premier Ministre hier, et adopter des mesures concrètes, à la hauteur des attentes et de la gravité de la situation.

Meyerhabib