Ces derniers jours sur des pages pro-palestiniennes des réseaux sociaux, des individus, lâchement dissimulés derrière leurs pseudos, ont appelé à me décapiter, à me « jeter aux chiens », à me « loger une balle casher dans la kippa », m’ont traité de fils de chienne et sale youpin …

J’ai décidé de ne plus me taire. Stop !

Cela fait des années que je suis la victime d’insultes à caractère antisémite et la cible régulière de menaces de mort pour mon soutien à Israël et engagement contre le terrorisme islamiste.

Mais quel Etat démocratique peut tolérer qu’on insulte et menace ainsi, plus de 70 ans après la Shoah, un Député de la République au seul motif qu’il est juif et ami d’Israël ?

Ce déferlement de haine sur Internet exprime l’effondrement moral de notre société française.

Des mesures concrètes doivent être adoptées pour renforcer la répression des propos de haine sur Internet et surtout les faire appliquer avec rigueur.

Légiférer mais laisser s’installer partout l’illégalité sape la République jour après jour.

Combien de propos antisémites impunis ? Combien d’appels au boycott d’Israël sans suites ?

On commence par injurier sur les réseaux sociaux, à appeler au boycott, avant de griffonner sa haine sur les murs, insulter dans la rue, agresser voire tuer des Juifs parce que Juifs.

L’antisémitisme n’est jamais qu’une variante de la haine de la République.

L’antisionisme n’est en définitive qu’une variante de la détestation de la France.

Ce déferlement de haine est une menace imminente ; il faut vite agir ici et maintenant avant qu’il soit trop tard.

Je citerai le regretté Elie Wiesel dans Le testament d’un poète juif assassiné : « Le vrai danger, mon fils, se nomme indifférence ».

Aussi ai-je décidé de signaler ces faits au Procureur de la République afin que les auteurs soient identifiés, jugés et punis.

Je vais écrire au Ministre de l’intérieur pour que l’État déploie une stratégie vigoureuse pour vaincre ce fléau.