Hier, lors de la Commission des Affaires étrangères à l’Assemblée Nationale, en l’honneur de la journée de la femme, j’ai attiré l’attention de Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères, sur les violations, systématiques et massives, des droits des femmes par les organisations ou les régimes islamo-fascistes, qu’il s’agisse notamment, du côté sunnite, de Daesh ou, dans le courant chiite, de la République islamique d’Iran.

La France, patrie des droits de l’homme, est attendue sur ce sujet et ne peut transiger alors que s’ouvre à l’ONU la 59e session sur la condition de la femme à l’ONU du 9 au 20 mars 2015. Elle doit le faire en intensifiant la lutte contre Daesh, qui a mis en place un véritable marché aux esclaves sexuelles, poussant l’horreur jusqu’à rédiger un guide classant les femmes issues des minorités yézidies et chrétiennes, parfois mineures, comme des marchandises avec grille tarifaire associée. Mais aussi, et surtout, en accroissant la pression sur l’Iran, où les droits et la dignité des femmes sont constamment bafoués, à l’instar de Reyhaneh Jabbari, cette jeune iranienne qui a été récemment pendue, en dépit de protestations de la communauté internationale, pour avoir tué son violeur en état de légitime défense. En effet, comment négocier aujourd’hui avec l’Iran la levée des sanctions économiques, en restant cohérent avec nos valeurs, sans évoquer de telles exactions, qui illustrent, si besoin était, la brutalité de ce régime tyrannique ! La France a une responsabilité morale et historique, la France doit servir de rempart de la civilisation face à la barbarie !

Dans sa réponse, le ministre n’a pas pris d’engagements spécifiques relatifs au respect des droits humains par la République islamique dans les négociations à venir. Mais, point important, alors que l’administration américaine est sur le point de présenter un mauvais accord, très insuffisant au regard des enjeux en présence, il a rappelé que la France gardait toute sa marge d’action souveraine et n’avait pas du tout l’intention de s’aligner systématiquement sur la position américaine.

Enfin, sur cette question du droit des femmes, encore, l’extrême-gauche, aux prétentions progressistes et féministes, démontre son incohérence et son indulgence coupable avec l’islamo-fascisme.
Vous trouverez dans la vidéo ci-dessous le film de mon échange avec M. Fabius.

Meyerhabib