Député, il ne m’appartient pas de commenter les décisions judiciaires mais en tant qu’homme, je suis révolté par l’ordonnance de non-lieu rendue par les juges d’instruction en charge du meurtre barbare de Sarah Halimi.

A ce stade, les magistrats ont ainsi décidé de ne pas mettre l’assassin en accusation devant une cour d’assises, estimant qu’il y avait « des raisons plausibles » de conclure à l’abolition du discernement et donc qu’il était pénalement irresponsable. Ils ont aussi écarté la circonstance aggravante d’antisémitisme.

Les parties civiles vont faire appel. Le parquet doit en faire de même!

La chambre de l’instruction de la cour d’appel a été saisie. Elle tranchera en dernier ressort.

Il n’y a aucun doute qu’il s’agit d’un assassinat à caractère antisémite précédé d’actes de barbarie.

Je ne peux concevoir que ce crime ne soit pas jugé ! Ce serait un scandale d’Etat!

Simple rappel des faits : un délinquant multirécidiviste islamiste radicalisé fait irruption en pleine nuit complètement drogué dans l’appartement d’une femme juive de 65 ans. Il la roue de coups avec brutalité, la mutile en récitant des sourates du Coran, puis la défenestre à mort aux cris d’Allah Akbar. Et il va s’en tirer avec quelques mois d’hôpital psychiatrique ?!

Mais où va-t-on ?!

Evidemment qu’il est fou, comme le tueur de Toulouse et Montauban, comme les tueurs de Charlie, de l’Hypercasher, du Bataclan, comme les égorgeurs du Père Hammel et tant d’autres, mais est-il pour autant irresponsable ?

Exit le fait qu’il connaissait la victime – sa voisine juive orthodoxe parfaitement identifiable comme telle – et la menaçait régulièrement depuis des mois !

Exit le fait que Sarah en avait très peur.

Exit le fait que c’est un islamiste radicalisé.

Exit le fait qu’il s’est exclamé « j’ai tué le sheitan ».

Contacté au lendemain des faits par le frère de la Sarah Halimi, j’ai immédiatement décidé d’aider la famille à obtenir justice.

Je me suis battu pour que cesse l’insupportable omerta politico-médiatique autour de l’affaire.

J’ai interpellé le gouvernement pour demander que toute la vérité soit faite sur l’affaire, en particulier l’inaction pendant 45 minutes de la police présente très vite en bas de l’immeuble alors que Sarah Halimi était torturée…

La France n’a-t-elle toujours rien compris? On recommence exactement le même scénario comme après le meurtre de Sebastien Selam, premier meurtre antisémite depuis la Seconde guerre mondiale, également assassiné par son voisin radicalisé en 2003 dans un immeuble HLM du 10e arrondissement. L’assassin a passé quelques mois en HP au frais du contribuable avant de retourner vivre tranquillement dans sa cité.

J’ai écrit au Président de la République pour que soit au moins reconnu 15 ans après les faits – 15 ans ! – le caractère antisémite. Emmanuel Macron l’a reconnu au nom de l’Etat dans la réponse qu’il m’a adressée. Mais après 15 ans de douleur pour la famille !

Aujourd’hui, la mère de Sébastien Selam croise l’assassin de son fils dans les parties communes de l’immeuble. Imaginez… Depuis des mois, j’essaye de l’aider à trouver un nouveau logement social pour mettre fin à ce calvaire.

Quand un homme boit et commet un délit, c’est une circonstance aggravante. Quand un autre se drogue à outrance et assassine Sarah Halimi, une dame âgée, médecin, ancienne directrice de crèche à la retraite et mère de trois enfants parce qu’elle est juive, il est irresponsable !

Bienvenue chez les fous!

J’ai honte et je suis triste car j’ai l’impression de plus en plus nette que par-delà les grands discours, la France a démissionné face à l’antisémitisme.

L’Etat refuse d’instruire le procès de l’antisémitisme arabo-musulman qui sévit dans les « quartiers » sur fond de haine d’Israël et de préjugés ancestraux. Cet antisémitisme tue aujourd’hui en France.

De plus en plus de Français juifs pensent qu’ils n’ont plus d’avenir dans leur pays et ce n’est pas cette décision qu’il va les faire changer d’avis !!!