Je me trouvais cet après-midi avec Daniel et Alain Knoll et leurs épouses quand nous avons appris que le parquet retenait le caractère antisémite.

Hier soir déjà, Daniel Knoll me confiait sa conviction intime : jamais sa mère n’aurait été assassinée si elle n’était pas juive…

En effet, comme je le craignais dès hier, et même si chaque drame est évidemment particulier, un an après, le spectre d’une nouvelle affaire Sarah Halimi se confirme.

Une information judiciaire a été ouverte pour trois chefs, dont assassinat à raison de l’appartenance vraie ou supposée de la victime à une religion et sur une personne vulnérable.

Deux individus ont été mis en examen et déférés.

Parmi eux, son voisin d’origine arabo-musulmane, 27 ans, qu’elle a vu grandir et qui a été interpellé samedi.

Il était connu notamment pour des faits d’agression sexuelle sur la fille de l’aide à domicile de Madame Knoll, âgée de 12 ans.

Contrairement à Sarah Halimi, qui craignait son bourreau, Mireille Knoll ne s’en méfiait pas du tout. Au contraire, sa maison lui était ouverte et, le jour-même, il passait un long moment avec elle.

Elle était la bonté incarnée, lui le diable personnifié.

Un des fils de la victime, Alain Knoll, est passé avec son épouse voir sa maman dans l’appartement familial avenue Philippe Auguste vendredi dernier. Il m’a précisé que l’assassin présumé s’était « servi à boire du porto » avant de partir… Il est revenu plus tard pour passer à l’acte.

Ces détails glaçants me font penser que l’assassinat était clairement prémédité.

Cette affaire me fait revivre douloureusement l’odieux assassinat de Sarah Halimi, torturée puis défenestrée en plein Belleville, le 4 avril 2017, aux cris d’Allah Akbar…

Triste consolation : il y a un an, pour Sarah Halimi, il a fallu 8 mois à la justice pour reconnaître l’évidence du meurtre antisémite. Avec Mireille Knoll, la prise de conscience est plus rapide et la réaction de la Justice plus adaptée.

Cette situation ne peut plus durer !

Notre République doit défendre tous ses enfants.

La France doit rester la patrie des Lumières et le pays des droits de l’homme.

Qui peut imaginer qu’une femme qui a échappé à la Rafle du Vel’ d’Hiv en 1942, une rescapée de la Shoah soit ainsi lacérée de onze coups de couteau et brûlée chez elle en 2018 en plein Paris parce que juive?

Ce, le même jour que l’attentat de Trèbes, où quatre Français ont trouvé la mort, notamment le héroïque Lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame, à qui nous rendrons hommage ce mercredi aux Invalides.

Le gouvernement doit comprendre que c’est la même haine qui a tué Arnaud Beltrame et Mireille Knoll !

Après le temps du deuil, il faudra en tirer toutes les conséquences.

Les Juifs, en France comme ailleurs, sont en première ligne contre la barbarie islamiste.

Sur ma recommandation, la famille a confié la défense de ses intérêts à Me Gilles-William Goldnadel, dont je suis proche. Il sera assisté dans les prochains jours par un confrère avocat, affilié au BNVCA.