Lundi et mardi j’étais en Italie à la rencontre des Français de Milan et de Lombardie.

Je suis notamment allé lundi soir à la rencontre de la communauté d’affaires française de Milan à l’occasion d’une soirée conférence-networking sur le thème « Italiens, Français, cousins proches mais tellement différents ».

Co-organisée par la Chambre Française de Commerce et d’Industrie en Italie (CFCII), dirigée avec beaucoup d’énergie et de talent depuis janvier par Denis Delespaul, et l’association Milan Accueil, dont la présidence est assurée avec compétence et dévouement par Florence Durif, cette soirée a réuni près de 200 participants, principalement issus du monde de l’entreprise.

Je tiens à remercier une fois encore Denis Delespaul, pour son accueil chaleureux et sympathique dans les locaux de la CFCII et Annie Réa, ancienne présidente de Milan Accueil, qui a orchestré d’une main de maître cet évènement où se sont succédé plusieurs intervenants, spécialistes des relations économiques franco-italiennes.

Ont notamment pris la parole Marco Caccini, administrateur délégué du groupe Essilor en Italie, Annie Réa, également experte en management interculturel, Fabrizio Maria Romano, président de l’Institut pour les Relations économiques France-Italie et enfin Nicolas Diers, vice-président des conseillers du commerce extérieur, qui a fait un exposé très brillant sur les enjeux stratégiques des entreprises françaises en Italie.

Il a été aussi question d’un intéressant projet de création de business center au sein de la chambre de commerce destiné à accompagner PME et start-ups françaises à déployer leur activité de l’autre côté des Alpes.

Mardi, j’ai eu un rendez-vous de travail avec notre Consul général à Milan, Olivier Brochet. Après un tour d’horizon des grandes questions d’actualité, nous sommes revenus en particulier sur les temps forts de la mission très dense qu’il a remplie avec beaucoup d’efficacité et fait le point sur un sujet spécifique : les difficultés rencontrés par de nombreux expatriés à leur retour en France, en particulier pour scolariser leurs enfants.

J’ai ensuite reçu plusieurs responsables d’associations françaises et tenu une permanence parlementaire au Consulat général de France à Milan, qui fût l’occasion de rencontrer de nombreux compatriotes de Milan et la région.