Je suis intervenu 4 fois dimanche dernier en séance publique sur le projet de loi asile-immigration.

J’ai notamment défendu un amendement visant à interdire l’entrée sur le territoire d’un individu binational lorsqu’il existe des raisons sérieuses de penser qu’il s’est rendu sur un théâtre d’opération d’organisations terroristes.

Dès 2014, j’avais préconisé cette restriction à la liberté d’aller pour les djihadistes.

Hélas, cet amendement, de bon sens, a été rejeté par le gouvernement et la majorité LREM.