Il aura fallu 5 mois de lutte intense pour que le parquet reconnaisse une évidence : le caractère antisémite du meurtre de Sarah Halimi.

Mieux vaut tard que jamais !!

Dès le lendemain de la tragédie, contacté par la famille de la victime, je n’ai eu de cesse de le clamer haut et fort avec Maître Gilles-William Goldnadel: le meurtre de Sarah Halimi est un meurtre antisémite sur fond d’islamisme.

Il y a une semaine, l’expert psychiatre remettait ses conclusions : selon, le Dr Zagury, le meurtre serait un « acte délirant et antisémite » …

Délirant j’en doute sincèrement compte tenu du profil de l’auteur qui n’avait aucun antécédent psychiatrique mais qu’il fût antisémite était une évidence dès le départ pour qui accepte de regarder les faits !

Comme dit le proverbe : il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

La bataille se concentre désormais sur la responsabilité de l’assassin qui doit payer son crime.

Non, tuer au nom d’Allah sous emprise de cannabis, une juive en pleine nuit, n’est pas une altération du discernement, c’est un crime antisémite prémédité et barbare d’un drogué.

En cette veille de Rosh Hashana, j’ai une pensée émue pour ses enfants et sa famille, pour qui ces fêtes ne seront plus jamais comme avant…

Face à cette terrible tragédie qui continuera encore longtemps de nous hanter, c’est une maigre réjouissance mais cette lutte, nous la devons à la mémoire de Sarah z’’l.

C’est notre devoir moral et civique en tant que Français, en tant que républicains, en tant que juifs.