Depuis hier après-midi l’« Affaire Benalla » paralyse les travaux à l’Assemblée nationale.

Alexandre Benalla est ce proche collaborateur du Président de la République, qui s’est rendu coupable, à l’occasion des manifestations du 1er mai dernier, de faits de violence et d’usurpation de fonction de policier. Il aurait, de toute évidence, bénéficié de la couverture de l’Exécutif au sommet de l’Etat.

Alors que l’auteur a été placé en garde à vue, qu’une enquête a été ouverte par le Parquet et que l’Assemblée nationale a décidé la création d’une commission d’enquête, j’ai pris ce matin la parole dans l’hémicycle, comme nombre de mes collègues, pour exprimer mon émotion et demander des clarifications.

Emmanuel Macron a été élu sur un projet de modernisation de la vie publique.

Mais quelle République peut tolérer qu’agissent en toute impunité au sommet de l’Etat des barbouzes, prompts à jouer les « Rambo » et dont on apprend aujourd’hui qu’ils sont logés aux frais du contribuable dans une dépendance de l’Elysée ? C’est une injure aux forces de police, c’est une insulte à l’Etat de droit digne d’une République bananière.

La position des députés LREM, qui demandent la reprise des travaux parlementaire, n’est plus tenable. Il est temps qu’ils s’affranchissent du fait majoritaire, cessent d’être des « godillots » et assument leurs fonctions de représentants de la nation.

Vu l’ampleur qu’a pris cette affaire, le Président de la République doit s’exprimer devant les Français.

Ci-joint ma prise de

https://www.facebook.com/avecvousmeyerhabib/videos/1809449492482360/