Après la très large victoire de la droite aux élections législatives grecques, qui donne à la « Nouvelle Démocratie » une majorité absolue des sièges à la Vouli, je tiens à adresser toutes mes félicitations et mes vœux de succès à son leader et prochain premier ministre, Kyriaokos Mitsotakis, à qui je vais écrire dès aujourd’hui.

Je salue aussi le bilan et le travail accompli par le gouvernement d’Alexis Tsipras. Avec courage et réalisme politique, il a su redresser la Grèce dans le respect de la démocratie et de la solidarité européenne. L’Histoire retiendra un leader responsable et un authentique européen.

Ces dernières années, le peuple grec a enduré avec beaucoup de courage et d’abnégation des épreuves très difficiles. Député des Français de Grèce, je me suis tenu à ses côtés et toujours plaidé la cause de la Grèce auprès des gouvernements français successifs.

Ces élections marquent une marginalisation des extrêmes, qu’il s’agisse du parti néo-nazi Aube Dorée ou du parti communiste. C’est une très bonne nouvelle pour le pays et pour l’Europe.

Dans un contexte géopolitique régional compliqué, lié notamment à une politique étrangère agressive de la Turquie d’Erdogan, ces dernières années ont été marquée par un solide rapprochement stratégique entre la Grèce, Chypre et Israël. Le prochain premier ministre devrait poursuivre et amplifier la tendance. En juin 2018 à Jérusalem, Kyriakos Mitsotakis a déclaré « je m’engage personnellement » à renforcer les liens israélo-grecs à l’avenir « si le peuple grec me donne l’occasion de diriger mon peuple ».