Comme chaque année, j’ai eu le plaisir de participer hier soir au Gala de Libi France, exceptionnellement organisé en Zoom (Covid oblige), en direct de la base de Lotar, siège de l’école antiterroriste de Tsahal.
Tous les commandos anti-terroristes, les unités les plus prestigieuses de Tsahal, sont formés à Lotar. C’était une immense fierté de voir le capitaine Sacha et plusieurs soldats français, qui ont grandi en France, faire partie de telles unités d’élites.
Cette année, la soirée était dédiée à la mémoire de deux géants de l’amitié France-Israël : le député Claude Goasguen et l’ancien président de l’UPJF Claude Barouch, tous deux emportées par le Coronavirus et à qui je tenais à rendre un dernier hommage.
Après divers témoignages très émouvants, notamment de soldats franco-israéliens et du père d’Amit Ben Ygal z’’l, sergent-chef Golani tombé en opération antiterroriste, j’ai tenu à rappeler cette vérité simple : Tsahal incarne la renaissance d’Israël après la Shoah, c’est le bouclier d’Israël, certificat d’assurance-vie du peuple juif.
Mais surtout, député français, j’ai tenu à souligner la dette de la France à l’égard de Tsahal !
Je rappelle, qu’en 1976, c’est un commando d’élite israélien, mené par le Commandant Yonatan Netanyahou, qui a pris d’assaut l’aéroport d’Entebbe pour libérer des otages français.
Aujourd’hui plus encore qu’hier, Israël est en première ligne contre l’islam politique et le terrorisme djihadiste. Israël est un rempart du monde libre. C’est ma conviction absolue.
C’est pourquoi je suis sidéré de voir les reproches adressés par certains leaders européens à Israël, supposé responsable de l’élimination de Mohsen Fakhrizadeh, chef du programme nucléaire iranien ! Oui, le monde est plus sûr, meilleur quand s’éloigne la perspective terrifiante d’une bombe atomique islamiste.
Un grand bravo à Gladys Tibi et toute l’équipe du Libi France pour cette belle soirée, coordonnée par mon ami Yoni Chetboun, ancien officier supérieur et Député à la Knesset, et présentée par Sophie Mechaly et Charlie Touati.
Dans leur engagement, Gladys et Libi France me trouveront toujours à leurs côtés.
Les fonds récoltés cette année serviront notamment à ériger une synagogue dans le camp militaire Golani où servait Amit Ben Ygal afin de perpétuer sa mémoire.
Pour revoir la soirée (mon intervention entre 1.52.00 et 1.57.30) : https://www.youtube.com/watch?v=NRwlBvYVAOY