La Commission des Affaires étrangères a auditionné hier soir le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne au sujet des accords commerciaux entre l’Union européenne et le reste du monde.

Après une question sur les litiges opposant l’UE aux Etats-Unis et la Russie, j’ai tenu à interpeller le ministre sur un dossier très différent: le Tombeau des Rois à Jérusalem.

Après ma visite du site la semaine dernière, j’avais évoqué les déclarations troublantes du Secrétaire d’Etat (voir mon post du 28/10/19).

Dans une réponse tranchante au sénateur propalestinien Gilbert Roger le 15 octobre, il n’a fait aucune mention de l’importance symbolique et spirituelle du Tombeau des Rois dans l’histoire et la tradition juives.

Cette omission, manifestement consciente et volontaire, a heurté nombre de nos compatriotes attachés à la vérité historique.

Si la propriété du site fait aujourd’hui l’objet d’une contestation juridique engagée par le Hekdesh de Jérusalem de Haïm Berkovits, représenté par Me Gilles-William Goldnadel, j’ai demandé une clarification de la position française.

Quelle que soit l’issue, la France, patrie des Lumières, ne peut moralement nier l’appartenance du Tombeau des Rois au patrimoine juif.

Alors que la réunion touchait à sa conclusion, le Ministre n’a pas répondu à ce stade même si j’ai senti une certaine gêne.