Alerté par plusieurs résidents français en Israël et des représentants des milieux d’affaires, j’ai écrit le 11 octobre dernier au Président du Conseil d’administration et au Directeur général de BNP Paribas pour faire part de mon incompréhension et de mon étonnement qu’il était impossible de rejoindre sur Internet le club des actionnaires quand on réside en Israël alors que le menu déroulant proposait une très longue liste de pays, parfois des plus obscurs.

Ne sachant s’il s’agissait d’un acte de boycott volontaire ou d’un simple incident, j’avais préféré ne pas communiquer immédiatement.

Le 18 octobre, le Président du Conseil d’administration m’a répondu par courrier qu’il s’agissait d’un incident, qui a été corrigé depuis. Je le crois sincère compte tenu du fait que d’autres pays étaient également indisponibles sur le menu déroulant.

La réponse est sans ambiguïté et satisfaisante : l’affaire est donc close.

Je remercie ceux qui m’ont alerté de cette affaire. Face à l’obsession des tenants du boycott d’Israël, la vigilance reste de mise.