Le 13 mai, j’ai écrit au Préfet de Police de Paris – avec copie au Ministre de l’intérieur – pour mettre fin à ce scandale persistant : chaque semaine depuis dix ans sont organisées à Paris des manifestations du mouvement illégal BDS.

L’appel au boycott est totalement illicite en droit français. Pire, ces rassemblements alimentent jour après jour un climat de haine d’Israël et des Français juifs.

Hélas, la réponse ci-jointe du Ministre est courtoise mais se borne à rappeler les principes de la liberté de manifestation.

Depuis des années, je me bats sans concession contre le BDS et je continuerai de le faire.

Le 16 décembre 2015, j’ai interpellé devant toute l’Assemblée nationale l’ancien premier ministre Manuel Valls lors des questions d’actualité dont voici le lien : https://cutt.ly/nX7mbE .

Le 4 juillet dernier encore, j’ai défendu un amendement anti-BDS à la proposition de loi Avia visant à lutter contre la haine sur Internet. En vain, il fût rejeté par le gouvernement et sa majorité.

Quand il s’agit de boycott d’Israël, la loi reste lettre morte dans l’indifférence générale.

Quel contraste avec l’Allemagne, où le Bundestag a voté le 17 mai dernier à la quasi-unanimité une résolution assimilant l’appel au boycott d’Israël à l’antisémitisme !

L’antisionisme militant – notamment du BDS – n’est que le paravent du nouvel antisémitisme politique.

Il continue de vociférer sa haine sous le regard indulgent du gouvernement.

Cette haine d’Israël et du Juif tue dans notre pays.