C’était hier, trois ans déjà ! Mireille Knoll, veuve et grand-mère aimante qui avait échappé à 10 ans avec sa mère à la Rafle du Vel d’Hiv, n’a pas échappé à la barbarie islamiste de son voisin qu’elle connaissait et qu’elle aimait.
Tuée aux cris d’Allah Akbar parce qu’elle était juive, poignardée 11 fois, puis brûlée, seule dans son appartement du XIe arrondissement de Paris.
Je me souviens du rendez-vous avec Allan et Daniel, ses enfants, où pendant une heure et demi, quelques heures après le meurtre, ils se sont confiés à moi, et m’ont raconté avec une immense dignité l’histoire de leur mère, cette femme extraordinaire.
Le même jour, le Colonel Arnaud Beltrame, après s’être battu courageusement et avoir reçu trois balles, a été égorgé à Trèbes. Honorant son serment de la plus digne des manières, il avait choisi de sauver la vie d’une femme en prenant sa place et en se constituant otage du tueur islamiste radicalisé qui avait déjà tué trois personnes.
Deux exemples de courage, d’héroïsme d’un côté, et de bonté, de naïveté et d’amour de l’autre.
Je pense aux enfants de Mireille Knoll et à ses petits-enfants.
Je pense à la femme d’Arnaud Beltrame, Marielle, et à ses proches.
C’est la même barbarie islamiste, responsable depuis Toulouse de 100% des attentats terroristes en France.
Il faut tirer les leçons de l’Histoire.
Nous ne pardonnons pas, nous n’oublions pas, jamais !