La commission d’enquête a repris ses travaux avec l’audition de Me Francis SZPINER, avocat des enfants de Sarah HALIMI et de sa sœur.
Deux points très importants :
1. Pour Me SZPINER, la justice a été dessaisie au profit d’une expertise biaisée.
2. Le Dr. ZAGURY, sommité dans son domaine et reconnu de tous, a déclaré lors de son expertise que l’assassin était apte à être renvoyé devant une Cour d’Assise ! Selon Me SZPINER, cette expertise n’a pas convenue à la juge – pour des raisons qu’il ne souhaite pas commenter. La juge a décidé alors de nommer Dr BENSUSSAN, ennemi intime notoire du Dr ZAGURY semble-t-il, et qui a ainsi invalidé la première expertise.
Vous pouvez retrouver le replay de l’audition de Me Szpiner en cliquant sur ce lien :
La commission a ensuite auditionné, M. Thiéman DIARRA (père) et Mlle. Soumpo DIARRA (fille), locataires de l’appartement par lequel Kobili TRAORE est entré pour se rendre chez Sarah HALIMI.
A leur demande l’audition s’est déroulée à huis clos. Ayant accepté l’exigence de William Attal et de sa famille lors de son audition la semaine dernière, il était normal d’accepter la leur. Dans les deux cas, je le regrette.
Quelques éléments ressortis de l’audition :
1. La famille Diarra confirme que Kobili Traore n’a jamais été ni violent ni menaçant à leur égard
2. Thiéman Diarra confirme avoir jeté à la police son trousseau de clés comportant un vigik ET deux clés dont celle du domicile des Diarra. Les policiers sont rentrés chez les Diarra (à 5h35) sans fracturer la porte. Ils sont donc rentrés avec les clés !!!
3. Le matin, avant de déposer ses nièces et neveux chez les DIARRA, la mère de Traore rappelle que son fils Kobili avait un sac plastique blanc dans les mains. Les Diarra déclarent ne pas avoir de souvenir de ce sac blanc, ni qu’il ait déposé des affaires chez eux
4. Thiéman Diarra affirme que Kobili Traoré est arrivé chez lui avec des chaussures aux pieds, dans son audition il déclarait qu’il était pieds nus, chaussures à la main
5. A la question de savoir comment plusieurs affaires (qui appartenaient à Kobili Traore et qu’il ne porte pas lorsqu’il a frappé chez eux) ont été retrouvées chez eux (paire de baskets Nike, caleçon, tee-shirt, veste et une serviette ne leur appartenant pas), nous n’avons pas eu de réponse.
6. Malgré le fait que plusieurs voisins ont été réveillés par les hurlements de la malheureuse Sarah Halimi qui ont duré une quinzaine de minutes, la famille Diarra déclare ne pas avoir entendu le moindre cri de Sarah Halimi. Elle déclare aussi ne pas avoir entendu ni les sirènes de police, ni la police taper à sa porte
7. La famille a par contre entendu clairement le début de la Fatiha récitée par Kobili Traoré (Allah u akbar, bismillah)
8. Soumpo Diarra a reconnu qu’il ne s’agissait pas d’une séquestration mais qu’ils se sont eux-mêmes barricadés dans leur chambre
9. Ils déclarent peu connaître Kobili Traoré, qui l’appelait « tonton », mais reconnaissent que ce n’était pas la première fois que celui-ci venait chez eux
10. Ils ont confirmé que c’était la première fois que Kobili Traore amenait ses nièces et neveux chez eux
11. La famille est restée barricadée dans la chambre mais Soumpo reconnait avoir été chercher le petit resté dans une autre chambre, mais sans jamais entendre les cris de Sarah Halimi, ni la police !
12. A la question pourquoi ouvre-t-on a quelqu’un que l’on connait à peine à 4h du matin, nous n’avons pas de réponse, si ce n’est que la famille Diarra pensait que Kobili était « poursuivi »
13. A la question de savoir que s’est-il passé entre le moment où Kobili est revenu dans leur appartement après le meurtre vers 4h45 et le moment ou la police intervient à 5h35, les Diarra disent ne pas avoir de souvenirs. Ils n’ont pas parlé à Kobili Traoré durant ce laps de temps.
14. A la question fréquentait-il la même mosquée que Kobili Traore, la réponse est non. M. Diarra a précisé qu’il n’allait pas à la mosquée.
A ce stade, je garde mes commentaires et conclusions et accélère les auditions.
PS : Pour suivre les travaux de notre commission, lire les comptes rendus et consulter l’agenda, cliquez sur ce lien :