Il y a 25 ans, jour pour jour, l’attentat antisémite contre l’Association mutuelle israélite argentine (AMIA) à Buenos Aires faisait 84 morts et 230 blessés, le plus meurtrier de l’histoire de l’Argentine.

En 2006, le procureur Alberto Nisman a accusé formellement le gouvernement iranien d’être le commanditaire de l’attentat, et le Hezbollah d’en être l’auteur. En 2015, il fût assassiné d’une balle dans la tête.

Parmi les auteurs identifiés par le juge figure l’actuel président iranien Hassan Rohani…

En janvier 2014, Yitzhak Aviran, ancien ambassadeur d’Israël en Argentine, déclarait que « La grande majorité des coupables n’est plus de ce monde, et nous l’avons fait nous-mêmes ».

Hier après-midi, avec une délégation de 35 parlementaires français de tous bords politiques, nous étions reçus à Jérusalem par le Premier ministre Benyamin Netanyahu.

Il a exhorté la France et l’Europe d’inscrire le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes.

L’Argentine l’a fait ce jour. Qu’est-ce qu’on attend?

Il n’y a pas de bons et de mauvais terroristes c’est une question de morale! Si nous sommes faibles, nous avons déjà perdu la guerre contre le terrorisme islamique.

J’attends de la France qu’elle passe de la parole aux actes.

Sur le Hezbollah mais plus généralement avec l’Iran s’impose un changement radical de politique face au djihad global!

La France doit prendre ses responsabilités ! J’écrirai dans les jours à venir au Président de la République.