Après la suppression de la réserve parlementaire, l’augmentation des prélèvements CSG-CRDS sur les revenus du patrimoine, la stagnation des crédits alloués aux bourses scolaires à l’étranger, nouveau coup dur pour les Français de l’étranger !

Sans consulter le parlement, le gouvernement LREM a adopté en catimini le 30 décembre dernier le décret n° 2017-1895 du 30 décembre 2017 relatif au taux particulier des cotisations d’assurance maladie des personnes visées à l’article L. 131-9 du code de la sécurité sociale, qui augmente de 1,7% le taux de la cotisation d’assurance maladie pour une partie des retraités établis hors de France, en particulier ceux résidant hors espace économique européen (EEE), par exemple en Turquie ou en Israël…

Cette décision est scandaleuse car elle établit une discrimination à l’égard de nos compatriotes établis hors EEE en violation du principe d’égalité devant la loi et devant l’impôt.

Elle l’est encore plus quand on sait que pour les retraités résidents, l’augmentation de la CSG ne concernait pas les retraites inférieures à 1.400 euros.

Apparemment, pour le gouvernement, la justice sociale s’arrête aux frontières de l’hexagone ! Je ne cesse de le répéter, les Français de l’étranger ne sont pas tous des rentiers, des exilés fiscaux ou des cadres supérieurs expatriés.

Enfin, le manque de communication et de pédagogie autour de cette mesure traduit un profond manque de respect pour les retraités français de l’étranger.

J’écrirai, sans grande illusion, dans les jours à venir au Ministre de l’Economie et des Finances pour exprimer ma consternation et demander des explications.

Ce décret va à l’encontre des engagements de cmpagne d’Emmanuel MACRON pour les Français de l’étranger. A part briller par leur silence, que font les 10 députés LREM ?