Moment très difficile lors de la visite avec le bureau de la commission d’enquête des lieux du crime et de l’appartement de Sarah HALIMI. Nous avons visité ce modeste appartement et tenté de s’imaginer comment s’est déroulé ce drame ainsi que les terrifiants derniers instants de sa vie.
Cette visite a eu lieu en présence de la Rapporteure Mme Florence MORLIGHEM, des Vice-Présidents Mme Constance LE GRIP et M. Brahim HAMMOUCHE, des Secrétaires M. François PUPPONI et M. Sylvain MAILLARD, et enfin, M. William ATTAL, frère de la victime. Cela nous a permis dans le cadre de la commission d’enquête de mieux comprendre la configuration des lieux, le déroulement des faits et les dysfonctionnements éventuels :
1. Question centrale : comment la juge d’instruction a-t-elle pu ne pas juger nécessaire et se priver d’une reconstitution ? Cette réflexion est venue à l’esprit de tous les membres de la commission d’enquête présents
2. La porte fenêtre de Sarah HALIMI a été forcée
3. Vu la configuration du balcon, l’assassin aurait pu défenestrer Sarah HALIMI sur une hauteur d’environ 1m20, il l’a volontairement trainé jusqu’à l’extrémité du balcon pour la défenestrer du 3ème étage en suggérant qu’elle allait se suicider
4. Il n’y avait chez Mme Halimi ni chandelier ni rouleaux de la Torah : il y avait des bougeoirs et des livres (dont plusieurs étaient en hébreu).
5. La porte d’entrée de Sarah Halimi a été complément fracassée lors de l’entrée de la police
6. Il est quasiment certain que toute personne présente dans la cour ou à proximité de la cour ou aux fenêtres ne pouvait pas ne pas entendre les hurlements du meurtrier et les supplications de Sarah HALIMI.
7. Nous avons bien visualisé dans la cour la localisation des différents témoins à quelques dizaines de mètres des immeubles aux alentours qui ont téléphoné à la police.
Il semble que la thèse de la préméditation suggérée et dont la famille de Sarah HALIMI semble certaine prend de plus en plus forme sur la base de faits concrets et établis. J’y reviendrai longuement un peu plus tard après d’autres auditions.