Vendredi : le mot « Juden » tagué sur la vitrine d’un restaurant Bagelstein.

Dimanche, ils ont osé faire des croix gammées sur des portraits de Simone Veil en plein Paris.

Ces images nous téléportent vers les heures les plus sombres de notre histoire.

Dimanche encore, Dieudonné fait salle comble tout en répétant pour la énième fois que « les chambres à gaz n’existent pas”.

Aujourd’hui, un arbre planté en hommage à Ilan Halimi retrouvé scié…

Depuis des mois, je dénonce les relents antisemites d’une fraction des Gilets jaunes et appelle les responsables du mouvement faire le ménage dans ses rangs.

On a tous à l’esprit cette rhétorique conspirationniste à base de slogans évoquant Rothschild, le passé d’Emmanuel Macron dans la banque et le complot juif, qui émanent aussi bien de l’extrême-droite que de l’extrême gauche.

Un sondage Ifop publié ce jour, révèle d’ailleurs que près d’un GJ sur 2 croit en l’existence d’un complot sioniste à l’échelle mondiale…

La gangrène s’installe doucement mais sûrement.

Le 30 octobre dernier j’interpellais le Premier ministre sur la politique de lutte contre l’antisémitisme au lendemain du massacre antisémite de Pittsburgh.

D’Ilan Halimi aux tueries de Toulouse et de l’HyperCasher.

De Sarah Halimi, torturée, défenestrée en plein Paris à Mireille Knoll, lacérée et brûlée chez elle.

Au quotidien, insultes, intimidations, violence se sont banalisées.

A l’université, graffitis et menaces antisémites se multiplient.

Internet est submergé par un tsunami de haine.

À titre personnel, je suis la cible quotidienne d’injures antisémites et de menaces de mort. Ci-dessous la dernière en date.

Je dépose plainte sur plainte par sens civique. Sans grand résultat…

Est-il normal qu’un député de la République soit ainsi visé dans l’indifférence générale parce que juif? Je ne crois pas.

Les chiffres sont édifiants. En 2018, les statistiques des actes antisémites ont bondi de 74% après une hausse de 26% en 2017.

Dans certains quartiers, une véritable épuration ethnique est en cours.

Pour paraphraser Shakespeare, il y a quelque chose de pourri dans la République de France…

L’Histoire l’a démontré : une société infectée par l’antisémitisme est une société qui court à la catastrophe.

75 ans après la Shoah, en Europe, rien n’a vraiment changé.

Député français juif, je suis inquiet pour les Juifs, mais surtout pour mon pays, la France.

Beaucoup refusent de voir la bête immonde car elle se nomme aujourd’hui antisionisme.

Qu’elle soit d’extrême-droite, extrême-gauche, islamiste, la haine d’Israël est le nouveau signe de ralliement des anti-juifs et ennemis de la République.

Dans ces ténèbres, la seule chose qui a changé, c’est l’existence et la montée en puissance de l’Etat d’Israël!

Un Etat moderne, démocratique, moral, véritable bouclier du peuple juif dans ses frontières et au-delà.